La lune

La lune

J’aurais aimé t’aimer
Comme on aime le soleil
Te dire que le monde est beau
Et que c’est beau d’aimer
J’aurais aimé t’écrire
Le plus beau des poèmes
Et construire un empire
Juste pour ton sourire
Devenir le soleil
Pour sécher tes sanglots
Et faire battre le ciel
Pour un futur plus beau
tumblr_mu8woy0Jke1sihtbmo1_1280
tumblr_o8b1jrjOok1qim9oio1_1280
Advertisements
Fleurs

Fleurs

Elle vivait dans les roses, dans les lilas, dans les giroflées, dans les muguets. Lui, flairant sa jupe, longuement, en manière de jeu, semblait chercher, finissait par dire : « Ça sent le muguet. » Il montait à la taille, au corsage, reniflait plus fort : « Ça sent la giroflée. » Et aux manches, à la jointure des poignets : « Ça sent le lilas. » Et à la nuque, tout autour du cou, sur les joues, sur les lèvres : « Ça sent la rose. » Cadine riait, l’appelait « bêta, » lui criait de finir, parce qu’il lui faisait des chatouilles avec le bout de son nez. Elle avait une haleine de jasmin. Elle était un bouquet tiède et vivant.

Le ventre de Paris, Zola

large (21)

Chaleur

Chaleur

Flynn-Skye-Summer-Lookbook-Cameron-Hammond-402

De temps en temps la brise de mer soulève par le coin sa jupe flottante et montre sa jambe luisante et superbe; et son pied, pareil aux pieds des déesses de marbre que l’Europe enferme dans ses musées, imprime fidèlement sa forme sur le sable fin. Car Dorothée est si prodigieusementcoquette, que le plaisir d’être admirée l’emporte chez elle sur l’orgueil del’affranchie, et, bien qu’elle soit libre, elle marche sans souliers.

La Belle Dorothée (Petits poèmes enprose), Charles Baudelaire

Flynn-Skye-Summer-Lookbook-Cameron-Hammond-482

Photos: CameronHammond